Accueil arrow Musées arrow Le musée Jacquemart
Menu principal
Accueil
Présentation
Guerres
Civilisations
Musées
Chroniques
Patrimoines
Arts
Livres
Entreprises
Dossiers
News
Liens
Compteur de visiteurs

Visiteurs depuis le 26/02/2008 :

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterTotal193916
Version imprimable Suggérer par mail

Les ouvertures ou les réaménagements de musées, leurs expositions temporaires, sont des évènements dont nous rendons compte régulièrement. Qu'il s'agisse de musées parisiens, de Province ou de l'Étranger. Mais cette actualité est aussi pour nous l'occasion de valoriser leurs collections permanentes, souvent un peu oubliées dans les Médias. La fréquentation des musées est en progression et nous nous attachons à faire redécouvrir la richesse de grand nombre de musées du territoire. Nous les sélectionnons à partir de thématiques variées ou de périodes étudiées, ou encore selon leur regroupement géographique. Nous travaillons avec les conservateurs pour mieux les promouvoir, pour qu'ils puissent mieux attirer le public, qui souhaite se réapproprier son histoire et s'orienter pour partie vers des loisirs culturels.


  Le Musée Jacquemart-André
le musée
Vue extérieure du Musée. Charles Duprat © Jacquemart-André

Le Musée Jacquemart-André Nélie Jacquemart était une artiste de renom. Elle fit le portrait d’un homme qui était un esthète fortuné et amateur d’oeuvres d’art. Ils s’aimèrent. Ils s’épousèrent. On était en 1881.

Leur demeure boulevard Haussmann est devenue le musée Jacquemart, il est installé comme un hôtel particulier où l’on pouvait vivre dans une sorte de rêve que donnent les chefs d’œuvre.

NélieLa passion de ce couple sera de collectionner. Nélie arrêtera même de peindre, pour se consacrer à cette recherche, à cet amour des autres œuvres des autres artistes. Ils auront la passion des voyages. Nélie initiera son mari à la Renaissance italienne. Au fur et à mesure de leurs séjours en pays latin, ils allaient constituer une des plus belles collections d’art italien. Ils décoreront leur demeure en France comme un musée, et comme un château intime. C’est un des charmes de ce musée. Il montre l’art. Il démontre que la vie de collectionneur est un art en soi. Ils étaient philanthropes. Ils voulaient que l’art se partage.

Après la mort d’Édouard André, Nélie parcoura les pays, jusqu’en Orient, pour continuer leurs collections. Elle les donnera en legs avec son hôtel particulier à l’Institut de France, pour en faire un musée qui ouvrira ses portes juste avant la Grande Guerre, en 1913. Il s’agit là d’un des plus beaux musées de Paris. L’inauguration de la demeure en 1875 avait été un événement, au même titre que celle du foyer de l’Opéra. Le célèbre architecte Henri Parent avait imaginé là une de ses plus belles constructions, dans un style très classique et à la fois original. L’émotion artistique s’inscrivait déjà dans la façade en retrait, avec ses symétries et son surélèvement, et sa rampe d’accès en demi-cercle sur la cour d’honneur.

 

Portrait de Mathilde de Canisy, marquise Dantin de Nattier © Jacquemart-André 

Matthieu Delaygue (extrait)

  Lire ou télécharger l'article complet en cliquant sur l’image ci-dessous.

N 69


La Revue de L’HISTOIRE — N° 69
 
Suivant >
Réalisé avec Joomla!, logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL. Version 1.0.12. 25 Decembre 2006.

www.mozilla.org www.mediovirtual.com www.mamboserver.com