Accueil arrow Chroniques arrow Le monde chrétien
Menu principal
Accueil
Présentation
Guerres
Civilisations
Musées
Chroniques
Patrimoines
Arts
Livres
Entreprises
Dossiers
News
Liens
Accueil
Compteur de visiteurs

Visiteurs depuis le 26/02/2008 :

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterTotal206028
Version imprimable Suggérer par mail

Le monde chrétien a-t-il des secrets ?

Cette légende racontait le rêve du roi Artur et de ses compagnons, le monde des fées et la raison des grands orages qui peuplaient leurs vies. C'était une passion du Christ, la joie et la tristesse de la prière, pour les gens qui aiment jusqu'à en mourir. C'était l'idéal de la chevalerie, en attendant que Dieu saisisse les âmes et les corps.

Le Da Vinci Code a repris cette histoire, qui fut si belle pour nos ancêtres et nos enfances. A-t-elle été imaginée par des moines celtes ou par des druides d'un vieux monde ? Elle critique l'Opus Dei, certes, mais dans une fiction, où c'est un prélat de l'ordre qui se trompe, et non l'ordre en lui-même. Jésus, marié ou non, reste luimême Jésus, comme l'ordre restera l'ordre. Et Dieu reste notre Dieu. Cette histoire ne salit donc pas l'Eglise, elle rêve l'Eglise, comme une poésie qui ne cherche pas le monde exact. Elle sait, les acteurs le savent, la magie n'est pas la vérité, mais le rêve d'un monde inavoué, parce qu'il aime trop.

Ne critiquons pas un film, qui est une oeuvre d'art, des acteurs qui jouent une passion, ni une passion qui est une légende. L'histoire du monde n'est-elle pas une légende de choses qui existent avec leurs contraires, puisque l'on ne trouve pas toujours le miroir qui les sépare ?

Les Occidentaux se cherchent des repères, ils veulent une identité nouvelle, ancienne, à la fois réelle et merveilleuse. Nous reprendrons les mots qui sont ceux d'un sage, Monseigneur di Falco : « Je fais de la limonade avec les citrons que l'on me donne. ». Et c'est beau, un citron donné par un rêve, pour une société qui se cherche, et pour un monde où l'histoire retrouve l'esprit poétique. Marie Madeleine, que la tradition occultiste honore sous le nom de Vierge noire, parfumait les pieds de Jésus avec un parfum qui était hors de prix. Cette jolie fille de l'Evangile a toujours gardé une dimension supérieure, celle de l'amour qui ne compte pas, comme les acteurs de ce rêve ont la dimension supérieure qui habite leur métier d'artiste.

 

chroniquesIIl n'y a pas de rêves. Seulement des réalités mystiques. Le reste  n'est que matérialisme historique. Jésus mort, Jésus vivant, ses  disciples se jalousent, jusque dans l'au-delà. Marie Magdalena est-elle l'épouse du Christ Sauveur ?

DDe leur descendance, devrait naître le roi du monde. Il viendra rétablir, par la pureté de son âme et de son sang, le royaume du Christ-Roi sur terre. Telles seraient les thèses occultistes qui seraient évoquées dans le livre du Da Vinci Code. Les prophéties de Nostradamus et de Malachie, celles de Fatima, évoquent cette grande guerre que mènera l'Occident, lors de la fin de l'Eglise catholique, et l'arrivée d'un Grand roi qui nous sauvera face aux forces du mal.  

Matthieu Delaygue (extrait)

Lire ou télécharger l'article complet en cliquant sur l’image ci-dessous.

La Revue de L’HISTOIRE — N° 42
 
< Précédent
Réalisé avec Joomla!, logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL. Version 1.0.12. 25 Decembre 2006.

www.mozilla.org www.mediovirtual.com www.mamboserver.com