Accueil arrow Nouveau numero
Menu principal
Accueil
Présentation
Guerres
Civilisations
Musées
Chroniques
Patrimoines
Arts
Livres
Entreprises
Dossiers
News
Liens
Accueil
Compteur de visiteurs

Visiteurs depuis le 26/02/2008 :

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterTotal209332
En kiosque jusqu'au 28 février 2018 Version imprimable Suggérer par mail

Numéro 84 : hiver 2017

  

DEesprit

grotte

   La Catalogne est-elle une nation, un peuple ou une région ? L’Europe est-elle une addition de patries constitutionnelles ou bien un souffle spirituel venu de la nuit des temps après la résolution de la question néandertalienne par nos ancêtres Cro-Magnon ?

Il y eut un signe avant-coureur de la Seconde Guerre Mondiale. En septembre 1919. Lors de l’expédition d’Annunzio afin de rendre la ville de Fiume indépendante. À l’encontre du traité de paix qui favorisait l’implantation anglaise dans le petit territoire, en sous-main de son annexion par le nouveau royaume de Yougoslavie. L’échec d’Annunzio préfigurait l’alliance de Mussolini avec Hitler, l’annexion des Sudètes, de l’Autriche, et la guerre en Pologne pour le territoire de Dantzig.

 

N84

Charles de Gonzague par Jean- Baptiste Preyat, 1846.

© Ville de Charleville-Mézières

Que reste-t-il de nos jours des États-Nations européens à l’heure d’internet et de la mondialisation ? Et de nos identités nationales face à la tentation mondialiste ? Alors que nos grandes entreprises stratégiques établissent des prises de partici­pations croisées avec d’autres entreprises européennes de même niveau...

Notre culture européenne a déjà répondu à ces questions. Elle est la même, de Séville à Oslo, ses variantes sont des richesses supplémentaires, en aucun cas des lignes de séparation. Notre sentiment artistique a commencé avec le premier artiste qui racontait une chasse à l’auroch dans la pénombre d’une grotte, choisie pour sa tranquillité absolue, parce qu’il fallait peindre l’histoire de la tribu et de ses expéditions servant à stocker des protéines. C’est le même sentiment artistique de nos jours qui anime nos peintres et sculpteurs.

Toute l’énergie du monde occidental passe par cette réflexion de l’artiste. Il sait toujours peindre le regard de la bête traquée et du mouvement fugitif, il sait raconter la chaleur de la lumière et tous ses amis de la tribu viennent contempler sa résolution du monde inscrite sur un mur ou une toile... Les musées accueillent ses oeuvres, avec la même démarche qui cherche l’absolu. Beauté, contemplation et recul. Ce qui raconte le bruit et la fureur shakespearienne doit être spiritualisé dans l’esprit de la grotte. Sinon, c’est la destruction de la mémoire. Tandis que le musée protège et garde.

C'est l'avantage de l'Histoire. On peut répondre que l'on n'a pas de réponse sur l'avenir parce que l'on a déjà bien du mal à connaître le passé.  

Pour les fêtes de Noël, nous vous présentons l’actualité des musées. Archéologie, histoire, beaux-arts. Dans tous les domaines ils inaugurent de nouvelles scénogra­phies, ils investissent d’anciens lieux de vie, ils valorisent leurs collections et nous apprennent notre vie passée. Le sentiment européen est défini par leurs exposi­tions, avec nos tableaux, nos livres et nos mémoires. Et que l’on habite Barcelone, Madrid ou Dublin, Paris ou Verdun, nous sommes ces Européens du 21e siècle.

Matthieu Delaygue


sommaire 84
 
 sommaire 84


 
bas de page

 

 
Réalisé avec Joomla!, logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL. Version 1.0.12. 25 Decembre 2006.

www.mozilla.org www.mediovirtual.com www.mamboserver.com