Accueil arrow Chroniques
Menu principal
Accueil
Présentation
Guerres
Civilisations
Musées
Chroniques
Patrimoines
Arts
Livres
Entreprises
Dossiers
News
Liens
Accueil
Compteur de visiteurs

Visiteurs depuis le 26/02/2008 :

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterTotal201365
Chroniques
Version imprimable Suggérer par mail

À titre d'exemple, le Concile de Nicée ou le congrès  de Vienne ont toujours des répercussions de nos  jours. Une histoire transversale se dessine, constituée  de stratégies, de hautes idées qui animent leurs  peuples et leurs dirigeants. À cette lumière souvent  diffuse, une nouvelle vision de l'Histoire apparaît, avec  ses ramifi cations modernes, ses sources d'erreurs et  ses coups de génie.  Dans l'afflux d'images à la disposition de tout un  chacun dans le monde moderne, les lecteurs ont  besoin d'être guidés, peut-être plus qu'auparavant,  car le principe d'une culture moderne est intimement  lié au principe de tri et de sélection de l'information.  Notre rôle est de mettre en avant les messages de  ces courants de la société, avec leur flux d'énergie et  leurs signifiants.


AOÛT 1944 : LA GRANDE RÉVOLTE DE PARIS

VOICI 70 ANS, DÉJÀ, PARIS HUMILIÉ, PARIS OUTRAGÉ, DEVENAIT LE PARIS ENFIN LIBÉRÉ. LIBÉRÉ DES ALLEMANDS, BIEN SÛR. MAIS AUSSI DE LUI-MÊME. DE SON HISTOIRE RÉCENTE, CELLE D'UNE DÉROUTE IMPLACABLE.

LA VILLE DES LUMIÈRES ET DU COUVRE-FEU

Napoléon avait beau avoir été vaincu à deux reprises et Paris occupé par sa faute, les arts français continuaient à briller jusque dans les châteaux de Moscou et de Crimée. En 1918, notre armée victorieuse était considérée comme la première du monde.

Patatras... En six semaines du beau printemps 1940, les Allemands arrivaient à percer l'invincible ligne Maginot et l'infranchissable forêt des Ardennes, et ils gagnaient la Campagne de France. Que restait-il de Paris ? Une ville de tickets de rationnement, de couvre-feu, de traques, d'interdictions, où un général allemand faisait la pluie et le beau temps en s'appuyant sur un redoutable service économique plumant notre pays qui mit au moins quinze ans à s'en remettre. La chambre du Front   Populaire, dans son immense majorité, avait voté les pleins pouvoirs à un vieux maréchal qui avait, selon l'écrivain fasciste Rebatet, deux heures de lucidité par jour. La Résistance sera au départ une affaire de nationalistes anti-allemands, en rupture avec la pensée maurassienne qui avait adhéré au pétainisme. Puis Goering et Hitler allaient attaquer la Russie de Staline qui ne pensait pas lui-même que ses alliés allemands seraient assez fous pour le faire. Mais ceux-ci étaient fous. Dès lors, le Parti communiste clandestin, lié au Komintern, entra dans la Résistance. Et ce fut l'engrenage de la terreur, des tortures sans nom, des déportations, des assassinats, des attentats. Paris, dès 1942, était devenue une ville qui vivait dans la contrainte de la terreur grandissante. Cela dépassait largement dans l'horreur le statut habituel d'une ville occupée par un ennemi.

Von Choltitz

"La libération de Paris - Le général Von Choltitz, gare Montparnasse, 4e arrondissement, le 25 août 1944."Photographie originale © Droits réservés - Reproduction : © Musée Carnavalet / Parisienne de photographie

Lire la suite...
 
Version imprimable Suggérer par mail

Le monde chrétien a-t-il des secrets ?

Cette légende racontait le rêve du roi Artur et de ses compagnons, le monde des fées et la raison des grands orages qui peuplaient leurs vies. C'était une passion du Christ, la joie et la tristesse de la prière, pour les gens qui aiment jusqu'à en mourir. C'était l'idéal de la chevalerie, en attendant que Dieu saisisse les âmes et les corps.

Le Da Vinci Code a repris cette histoire, qui fut si belle pour nos ancêtres et nos enfances. A-t-elle été imaginée par des moines celtes ou par des druides d'un vieux monde ? Elle critique l'Opus Dei, certes, mais dans une fiction, où c'est un prélat de l'ordre qui se trompe, et non l'ordre en lui-même. Jésus, marié ou non, reste luimême Jésus, comme l'ordre restera l'ordre. Et Dieu reste notre Dieu. Cette histoire ne salit donc pas l'Eglise, elle rêve l'Eglise, comme une poésie qui ne cherche pas le monde exact. Elle sait, les acteurs le savent, la magie n'est pas la vérité, mais le rêve d'un monde inavoué, parce qu'il aime trop.

Lire la suite...
 
Réalisé avec Joomla!, logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL. Version 1.0.12. 25 Decembre 2006.

www.mozilla.org www.mediovirtual.com www.mamboserver.com